Towns2004-2020

“Raison pourquoi on aime mieux la chasse que la prise.” [Pascal]

Villes / 2004 - 2006

La voie abstraite

Les villes, motif récurrent oriente ma peinture du côté de l’abstraction. Elles placent la figuration et le dessin en second plan vis-à-vis de la couleur et des volumes : le jeu des formes cubiques du motif urbain amplifié par le couteau motive l'inclination abstraite. En outre, La pratique picturale est influencée par une autre forme artistique plus moderne, ou du moins plus récente, l’infographie. Ainsi le phénomène de pixellisation propre à l’imagerie numérique des années 80 (du siècle dernier …), l’art du dessin bitmap (format d'image matricielle) pratiqué durant des années, sur des logiciels comme Deluxe Paint notamment, est à la base de mon esthétique de la série des villes (et on le retrouvera dans la série des concerts).

Towns / 2004 - 2006

The abstract path

Cities, a recurring pattern, directs my painting towards abstraction. It places figuration and drawing in the background vis-à-vis color and volumes: the play of cubic forms of the urban motif amplified by the knife motivates the abstract inclination. In addition, pictorial practice is influenced by another more modern, or at least more recent, artistic form, computer graphics. Thus the pixelation phenomenon specific to digital imagery of the 80s (of the last century…), the art of bitmap drawing (raster image format) practiced for years, on software like Deluxe Paint in particular, is at the basis of my aesthetic of the series of cities (and we will find it in the series of concerts).

Villes / 2007

Inspiration & synthèse

Van Gogh, (à la suite de Caillebotte, Cézanne, …) avait représenté les toits de Paris, motif qui fait le grand écart entre la figuration et l’abstraction (par la répétition du motif, par le découpage, l’écrasement et l’amoncellement qui brouillent au final les frontières et « géométrisent », « pixellisent » le paysage urbain.

Je connaissais depuis longtemps le tableau de Van Gogh « Les toits de Paris ». Cette toile singulière provoqua une réflexion sur la dimension métaphorique de ce point de vue surplombant qui transforme la réalité en paysage maritime et abstrait. Cette réflexion trouve son aboutissement dans Paris le jour en 2007. Cette toile synthétise toute la progression technique du couteau depuis 2004 et sert de fondement à toutes les toiles urbaines, ou non, qui suivront.

Les toits de Paris depuis Montmartre, Vincent Van Gogh, Huile sur toile [38.5 cm x 61.5 cm][1886] // View of Paris from Montmartre, Vincent Van Gogh, oil on canvas [15.1 x 24.2] [1886]

Towns / 2007

Inspiration & synthesis

Van Gogh, (following Caillebotte, Cézanne,…) had represented the rooftops of Paris, a motif which makes the great difference between figuration and abstraction (by the repetition of the motif, by cutting, crushing and l heap which ultimately blurs borders and “geometrizes”, “pixelates” the urban landscape.

I had known Van Gogh's painting "Les toits de Paris" for a long time. This singular canvas provoked a reflection on the metaphorical dimension of this overhanging point of view which transforms reality into a maritime and abstract landscape. This reflection finds its culmination in Paris by day in 2007. This canvas synthesizes all the technical progress of the knife since 2004 and serves as the basis for all the urban canvases, or not, which will follow.

Towns / 2007 / Galery
Villes / 2008 - 2010

Perspective par accumulation

De 2008 à 2010 se précise la touche fractionnée / fragmentaire à l’œuvre dans le Paris, le procédé de pixellisation. La touche varie selon l’onctuosité de la matière dans différentes vues aériennes ( London , Guanajuato, Lyon ). Par ailleurs, les perspectives fortes sont construites par des volumes décroissants ( Havana ) et non par le tracé, la ligne. Le motif pixelisé est par la suite appliqué à la série des Ghardaïa qui quitte la verticalité, afin d’expérimenter la perspective de manière circulaire, puis partiellement la figuration pour un symbolisme masqué.

Towns / 2008 - 2010

Perspective by accumulation

From 2008 to 2010, the fractional / fragmentary touch at work in Paris became clearer, the pixelation process. The touch varies according to the smoothness of the material in different aerial views (London, Guanajuato, Lyon). In addition, the strong prospects are built by decreasing volumes (Havana) and not by the layout, the line. The pixelated motif is then applied to the Ghardaïa series, which leaves verticality, in order to experience perspective in a circular manner, then partially figuration for a hidden symbolism.

Towns / 2008 - 2010 / Galery
Villes / 2010 - 2020

Fluidité & Sens métaphorique

A partir de 2011 la touche se fractionne, le découpage se brouille alors que se fondent les couches. Le dessin toujours fondé sur l’agencement des plages délimitées se dilue. Une vision plus métaphorique des villes se déploie, les toits de Paris s’apparentent à un océan mouvant. La touche se liquéfie par le medium et la technique du glacis appliqué aux ciels puis à l’ensemble. La palette joue sur les oppositions de couleurs chaude et terre (Chair, cuir, Bitumes, ocres, …) et les couleurs froides (vert olive, bleu royal, bleu iridescent, …).
Quelques toiles tentent l’abstraction franche, « Paris sous la pluie » notamment.
En 2020, une nouvelle série de panoramiques, Istanbul puis d’autres villes mettent en œuvre cet acquis, cette volonté de fluidité, de délié, d’énergie…

Paris [2012], une vision métaphorique de la ville animée par les mouvements de l’océan… / Paris [2012], a metaphorical vision of the city animated by the movements of the ocean …

Towns / 2010 - 2020

Fluidity & metaphorical meaning

From 2011, the touch splits, the cutting is blurred while the layers are melting. The design, still based on the layout of the demarcated beaches, becomes diluted. A more metaphorical vision of cities unfolds, the roofs of Paris are like a moving ocean. The touch is liquefied by the medium and the glazing technique applied to the skies and then to the whole. The palette plays on the oppositions of warm and earth colors (Flesh, leather, Bitumens, ochres, ...) and cold colors (olive green, royal blue, iridescent blue, ...).
Some paintings attempt frank abstraction, "Paris in the rain" in particular.
In 2020, a new series of panoramas, Istanbul and other cities will implement this achievement, this desire for fluidity, hairline, energy ...

Towns / 2010 - 2020 / Galery